Message d'avertissement

The subscription service is currently unavailable. Please try again later.
© DR

Les arbres peinés par le théâtre vide, décident de faire un spectacle pour les humains par Zoom. Au temps du Covid qui nous isole, Laetitia Dosch, travaillant depuis quelques temps sur le monde végétal, réunit une équipe de six artistes et scientifiques pour épouser la voix des arbres.

Depuis un an Laetitia Dosch réfléchit à un spectacle sur les arbres. Qu’une forêt entière vienne sur scène et nous parle. Ils auraient peut-être un langage à eux, compréhensible pour les humains, mais poétique, différent, par images, métaphores, comme dans les livres où il est dit qu’ils communiquent. Ils pourraient se tromper, reprendre, faire une pause pour faire l’amour tous ensemble dès qu’un coup de vent apparaît, parler d’autre chose entre eux, ce qui nous permettrait de voir leur façon de fonctionner en tant que forêt, de régler les conflits pour revenir à l’équilibre, avoir les mêmes problèmes que les humains mais avec d’autres solutions. On pourrait voir aussi leur regard, leur jugement sur les humains. Et peut-être même verrait-on chez ces êtres à réputation placide une véritable colère pointer parfois son nez, préoccupés qu’ils seraient par la situation actuelle. C’est normal, car ce ne sont pas de vrais arbres. 

En très peu de temps, Zoom a fait de nous des forêts d’arbres immobiles, meublant notre solitude en nous interconnectant par sa toile, comme les racines sous terre forment un réseau s’étendant sous les paysages. Tout en nous gardant en contact avec notre solitude. Comme les arbres, nous restons en terre, solitaires introspectifs dans nos appartements, liés du bout des doigts à l’autre. 
Sur l’écran du ZOOM il y aura une image : une forêt, par exemple celle située en face du théâtre de Vidy. C’est elle qui s’adresse au spectateur. Elle a vue sur le théâtre vide depuis quelques temps, et plus précisément la grande fenêtre qui lui permet de voir à l’intérieur de la salle René Gonzales, d’où elle est filmée. Depuis le temps que les arbres de la forêt sont là, ils en ont vu des spectacles défiler. Ils ont même vu le théâtre se construire. Alors ils ont leur avis, ils sont formés. Et là il y a un vide à combler. Un vide culturel. Les arbres en souffrent peut-être d’ailleurs aussi. Toujours est-il qu’ils vont saisir cette occasion pour nous faire passer un message, pour nous distraire et surtout pour nous remplir le cœur d’espoir et de conscience à ce moment au futur très incertain.

Depuis quelques temps nous sommes de plus en plus nombreux à réfléchir sur la façon de faire tourner des spectacles tout en réduisant notre empreinte écologique. Évidemment une tournée Zoom est une solution efficace : en direct des arbres de Vidy, les arbres jouent en direct pour un public dans une autre ville, à Montpellier, Nanterre, Marseille ou autre. Il sera inclus dans la fiction que les arbres s’adressent particulièrement à ces spectateurs-là. Dans la nature, les réseaux d’arbres peuvent permettre, à travers les racines, et grâce aussi aux champignons, à des arbres très éloignés l’un de l’autre de communiquer entre eux.